Certains vins éprouvent quelques difficultés pour s’exporter

La France est connue dans le monde entier grâce à des vignobles de qualité qui viennent sublimer tous vos repas à l’aide de notes douces ou un peu plus prononcées. Les amateurs ont donc quelques références qu’ils privilégient.

630 millions de bouteilles de Bordeaux ont été écoulées

Les fins connaisseurs sont à la recherche de vins naturels qui jouissent d’une alliance des cépages susceptibles de combler leur palais. Ils auront le loisir de les proposer lors de divers repas de famille ou de gastronomes. Les arômes développés dans la bouche doivent parfaitement s’harmoniser avec les goûts des aliments que vous souhaitiez déguster une viande blanche, rouge ou du fromage. Les consommateurs ont parfois une nette préférence pour les vins de Bordeaux dont 630 millions de bouteilles ont été écoulées en une année. Ce chiffre peut apparaître comme incroyable, mais la réalité est différente, car une baisse de 3 % est tout de même au rendez-vous.

Les vins de Bordeaux essuient une perte de vitesse considérable en Europe

Un net recul est au rendez-vous notamment sur le Vieux Continent qui ne semble plus être autant enthousiasmé par ces arômes. Certes, ces vins ont la particularité d’avoir une belle croissance en Asie, et même aux États-Unis. Ces derniers sont à l’origine de 196 millions d’euros contre 306 et 322 pour la Chine, qui est donc un très bon exportateur. La chute est tout de même spectaculaire en Europe puisque les statistiques montrent une baisse significative de 16 % avec 462 millions d’euros. Il est important de préciser que les ventes n’étaient jamais passées en dessous du seuil des 500 millions d’euros. Pourtant, la France ainsi que l’Europe ont été frappées de plein fouet par une forte crise en 2008, mais elle n’a jamais entaché les ventes.

Un changement de stratégie problématique pour la filière

Les vins de Bordeaux ont pris un chemin quelque peu tumultueux qui explique sans aucun doute cette tendance. En effet, les producteurs souhaitent sortir de cette image « bas de gamme », ils ont ainsi l’intention de rejoindre pratiquement les sommets du « milieu de gamme ». Cette stratégie a malheureusement eu une répercussion sur les prix, car désormais il faut débourser près de 15 euros pour s’offrir une telle bouteille. De ce fait, les consommateurs se tournent vers d’autres cépages moins onéreux.

Related Posts

Leave a comment

Hey, so you decided to leave a comment! That's great. Just fill in the required fields and hit submit. Note that your comment will need to be reviewed before its published.